Les chercheurs en quête de sources de contenu de plus en plus diversifiées Copy

 Cet article a fait l’objet d’une première publication accessible sur le blog de ProQuest (contenu en anglais).

Selon une récente étude, la recherche et l’enseignement s’appuient sur un éventail de contenus de plus en plus large, allant au-delà la littérature scientifique.

Même si le contenu des revues scientifiques demeure une ressource fondamentale pour la recherche, une récente étude ProQuest démontre que les chercheurs et enseignants se tournent désormais vers un éventail de contenus plus diversifiés. Ainsi, cette étude souligne que les bibliothèques possédant des collections avec des sources variées de contenus sont davantage conformes à l’évolution des besoins et attentes des utilisateurs. Enfin, elle dévoile que la demande en contenu multimédia constitue le changement le plus spectaculaire.

Les vidéos désormais véritables sources de contenu

En 2014, une étude similaire à celle réalisée ici interrogeait un échantillon mondial, allant du diplômé au chercheur universitaire, sur les types de contenu qu’ils utilisaient et recommandaient à leurs étudiants. A cette époque, seules 39 % des personnes interrogées intégraient les vidéos dans leurs recherches. En 2017, elles sont plus de 70 %. Ainsi, en 3 ans le contenu vidéo affiche la hausse la plus spectaculaire en termes de popularité chez les chercheurs.

Un accroissement de la demande en nouvelles sources de contenus

Les revues en accès libre sont devenues désormais davantage exploitées : 72 % des personnes interrogées y ont recours dans le cadre de leurs recherches et près de 90 % des enseignants les recommandent à leurs étudiants.
Par ailleurs, le monde de la recherche dépassant toujours plus les frontières, la littérature scientifique rédigée en d’autres langues que l’anglais est appréciée par davantage de chercheurs. Ainsi, 60 % des personnes interrogées disent les utiliser.

Les autres évolutions importantes sont intimement liées à l’impact des nouvelles technologies : l’utilisation de livres électroniques est ainsi passée de 69 à 80 % des personnes interrogées et celle de contenus de blogs de 37 à 61 %. Enfin, même s’ils demeurent toujours la source la plus employée pour la recherche, les livres imprimés, ont connu un important déclin, avec un taux d’utilisation passant de 95 à 83 % chez les chercheurs.

Quelles solutions ?

Les bibliothèques peuvent répondre aux nouvelles tendances de la recherche et de l’enseignement en :

  • intégrant et positionnant les livres imprimés et électroniques comme le cœur des publications hors revues scientifiques,
  • ajoutant les collections vidéo pour satisfaire les besoins des chercheurs en termes de contenu multimedia,
  • fournissant un accès à de nouvelles collections incluant recherches et documents de travail,
  • garantissant l’accès aux rapports industriels, d’entreprises, et aux études de marché dans les collections utiles aux chercheurs en entreprise,
  • étant à la pointe des tendances en matière de revues en incluant les ressources en accès libre et les collections non anglophones dans leurs collections ou en faisant l’acquisition de nouveaux matériaux.

Ainsi, pour respecter l’équilibre entre les exigences budgétaires et les demandes des chercheurs, les bibliothèques peuvent envisager de bâtir leurs collections en acquérant des ressources agrégées qui englobent tous types de contenu.

Pour en savoir plus, télécharger l’étude complète.