Category Archives: Leganto

Création d’une liste de ressources de cours améliorée

Après avoir examiné les  problèmes les plus urgents en matière de gestion de listes de ressources dans le précédent article de cette série, nous allons maintenant nous pencher kindle-785695_640sur les toutes dernière pratiques et technologies en mesure de résoudre ces problèmes.

Comme nous l’avons indiqué la dernière fois, la communication à la conférence VALA de 2016 intitulée « A global and institutional resource-list repository:  a treasure trove for deriving new insights and providing innovative services » identifiait plusieurs aspects de la gestion des listes modernes de ressources : pratiques standard, accès aux listes et matériels présents sur celles-ci, conformité aux règlements sur le copyright, informations sur l’utilisation et intégration. Nous allons passer en revue ces derniers afin de réfléchir aux solutions envisagés par les auteurs de la communication, Tamar Sadeh du groupe Ex Libris et Janet Fletcher bibliothécaire à l’Université Victoria, pour créer et utiliser les listes modernes de ressources universitaires.

Tamar Sadeh et Janet Fletcher citent Ex Libris Leganto comme l’outil de gestion des listes de ressources qui résout la totalité des problèmes évoqués ici. Leganto a été développé par Ex Libris en collaboration avec cinq partenaires internationaux : l’Université des Nouvelles-Galles du Sud (UNSW) en Australie, l’Université d’Oklahoma aux États-Unis, l’Imperial College et l’Université Kingston de Londres, et l’Université de Louvain en Belgique.

Pratiques standard

Les listes modernes de ressources comprennent des formats écrits, visuels et numériques qui sont souvent dynamiques et subissent des modifications au cours du semestre. Étant donné les systèmes et pratiques actuelles, les enseignants et les étudiants doivent utiliser une panoplie d’outils pour gérer et accéder aux ressources figurant sur la même liste de ressources.

Dans Leganto, une interface cohérente, uniforme permet aux enseignants, étudiants et bibliothécaires de gérer la nature hétérogène et dynamique des listes de ressources et d’y accéder. Un référentiel de données robuste permet « d’appuyer la persistance, l’actualisation et l’évolutivité des listes », selon Tamar Sadeh et Janet Fletcher. Toutefois, notent-elles, l’adaptation aux nouvelles normes « peut provoquer certaines perturbations au moins à court terme ». Les perturbations sont en général plutôt positives, car « une technologie de ce type permet de mettre en lumière les incohérences, les doublons, les listes non modifiées depuis un certain temps, les informations périmées et les liens défectueux ».

Accès aux listes et matériels 

Les techniques de communication actuelles ont transformé la manière selon laquelle les enseignants et les étudiants interagissent et accèdent à l’information. Une liste de ressources efficace doit répondre à la plupart des attentes des utilisateurs actuels pour remplir sa fonction.

Une interface attrayante, engageante, conviviale et adaptée à l’utilisateur ou au type d’utilisateur est une condition préalable à la réussite de la solution. La conception du système Leganto, comme l’ont remarqué Tamar Sadeh et Janet Fletcher, permet aux enseignants d’ajouter des listes de ressources à partir d’applications variées sans requérir des processus complexes. Des services novateurs (comme les suggestions des étudiants et les recommandations automatisées) ainsi que les rubriques de commentaires font participer les enseignants et les étudiants.

Tamar Sadeh et Janet Fletcher ont en outre souligné une conséquence potentielle extrêmement bénéfique d’une amélioration de l’accès aux listes de lectures : l’interaction et la collaboration entre les enseignants, les étudiants et les bibliothécaires.  Grâce à Leganto, par exemple, les enseignants peuvent recevoir immédiatement et en direct les observations de leurs collègues ou des bibliothécaires et des étudiants. Ces va-et-vient peuvent aider les enseignants à découvrir des nouveaux types de ressource, tout en favorisant la participation des étudiants.

Conformité aux législations sur le copyright

Dans leur description des défis posés aux bibliothèques par la gestion des listes de ressources, Tamar Sadeh et Janet Fletcher se sont intéressées aux problèmes de copyright dans le monde universitaire. Avec des outils de listes de ressources comme Leganto qui permettent aux enseignants de partager en toute transparence les données des listes de lectures avec la bibliothèque, les bibliothécaires peuvent proactivement vérifier la conformité aux copyrights et mieux contrôler les ressources ajoutées aux listes de lectures de cours. Si besoin est, les bibliothécaires peuvent recevoir des alertes automatiques, informer les enseignants d’un problème et prendre immédiatement les mesures correctrices nécessaires.

Informations sur l’utilisation

Un système centralisé de création, de promotion et d’accès aux listes de ressources peut fournir des informations très précieuses sur l’impact et l’efficacité des collections et services offerts par la bibliothèque. Comme Tamar Sadeh et Janet Fletcher l’ont remarqué, Leganto a pour objectif principal de fournir des analyses basées sur les données d’utilisation des ressources. Ce qui permet aux bibliothécaires d’identifier les tendances, les besoins d’information et les comportements des usagers. « Des analyses qui mettent en évidence les manières dont les listes sont utilisées dans l’institution ou globalement… permettent aux bibliothécaires d’évaluer et de démontrer les contributions de la bibliothèque à l’enseignement et à l’apprentissage », ont déclaré les auteurs.

Intégration

Chaque étape du cycle de vie d’une liste de ressources présente des exigences différentes, qu’il s’agisse de la création d’une liste, de l’accessibilité des éléments de la liste, de la satisfaction des exigences des étudiants, de la révision des listes et de l’application des enseignements tirés. Leganto tient compte à chaque étape des besoins de tous les acteurs à l’aide de workflows intersystèmes qui automatisent les procédures et permettent à la bibliothèque d’évoluer afin de prendre en charge tous les cours de l’institution.

Afin de faciliter les workflows intersystèmes, Leganto s’intègre sans problème aux systèmes et services des institutions ou de tiers. En particulier, selon Tamar Sadeh et Janet Fletcher, la technologie en question est « prête à l’emploi et fonctionne directement avec le système d’authentification et de gestion de l’apprentissage de l’institution et le système de gestion de la bibliothèque. Elle peut, en outre, être intégrée aux services de vérification du copyright, la librairie du campus, etc. En conséquence, un seul workflow peut comprendre plusieurs participants (comme un universitaire et un bibliothécaire), ainsi que plusieurs systèmes et services, chacun interagissant automatiquement avec les autres, si nécessaire ».

Les conditions préalables indispensables

Dans leur communication, après avoir indiqué les mesures à prendre pour accroître la valeur ajoutée des listes de ressources actuelles, Tamar Sadeh et Janet Fletcher admettent que c’est « la mobilisation des étudiants et des universitaires qui entraînera un usage intensif et démontrera l’importance d’un outil de listes de ressources à tous les acteurs ». Elles ajoutent, toutefois, que Leganto d’Ex Libris, en raison de son interface conviviale, de ses workflows intersystèmes et de son mécanisme d’évaluation, promet sans aucun doute d’être l’outil idéal pour tous les publics. De plus, il présente un intérêt éducatif pour les institutions.

Lire la communication ici (en anglais).

Comment améliorer les listes de ressources de cours ?

Autrefois appelée « liste de lectures », elle se rapportait uniquement aux livres et revues readinginclus dans les matériels de cours universitaires recommandés par l’enseignant à ses étudiants. Aujourd’hui, ce matériel s’étant élargi à tout un ensemble de ressources (écrites, visuelles et numériques), elle est devenue une liste de ressources de cours. De plus, la technologie de communication évolue constamment, transformant la manière selon laquelle les enseignants et leurs étudiants interagissent, et ce à quoi ils accèdent.

Cela signifie que les bibliothèques et les bibliothécaires universitaires doivent maintenant gérer plusieurs workflows non intégrés pour obtenir les matériels compris sur les listes de ressources, comme on les appelle maintenant, pour les maintenir, les contrôler et y accéder.

« Cette mutation nous oblige à repenser les pratiques actuelles utilisées afin d’élaborer un modèle plus simple, plus efficace et plus fiable pour créer et gérer des listes de ressources persistantes, les mettre à la disposition des étudiants et permettre à ceux-ci de les utiliser », selon  une communication récente de Tamar Sadeh, directrice de la stratégie en matière de découverte et de distribution au groupe Ex Libris, et Janet Fletcher, bibliothécaire universitaire à l’Université Victoria de Wellington, en Nouvelle-Zélande.

Dans leur communication de 2016, intitulée « A global and institutional resource-list repository: a treasure trove for deriving new insights and providing innovative services », Tamar Sadeh et Janet Fletcher identifient un certain nombre de problèmes majeurs dans la gestion des listes modernes de ressources. En voici la liste :

  • Absence de pratiques standard pour les listes de lectures modernes
  • Besoin de restreindre l’accès aux matériels des cours
  • Risque de violations du copyright
  • Impossibilité de suivre les habitudes d’utilisation et d’obtenir des statistiques significatives
  • Absence de workflows intégrés pour gérer les listes de ressources

Elles suggèrent toutefois qu’il est possible de résoudre ces problèmes à l’aide de solutions complètes et novatrices de listes de ressources, qui permettront de mettre au point des nouvelles pratiques de gestion de ces listes.

Dans la série d’articles suivants, nous passerons en revue la caractérisation de ces problèmes telle qu’établie par Tamar Sadeh et Janet Fletcher, de même que les solutions qu’elles proposent pour créer un « environnement rentable, judicieux, participatif, collaboratif et d’utilisation facile pour les enseignants et les étudiants ».

La prochaine fois, nous examinerons l’organisation actuelle des listes de ressources universitaires et la mise à disposition de leur contenu aux étudiants.

Télécharger la communication ici.

Nos clients nous apprennent : Leçons de la bibliothèque

Chez Ex Libris, nous sommes particulièrement fiers de notre communauté de clients et nous avons la chance d’avoir des clients qui nous apprennent toujours quelque chose. Voici quelques réflexions extraites de témoignages récents.

Consortiums et collaboration

Anya Arnold de l’Orbis Cascade Alliance note que pour un consortium « l’important n’est pas le système, mais les politiques et les procédures qui gravitent autour et leur interrelation, ainsi que l’instauration d’un climat de confiance entre les bibliothèques ». Selon Anya, le but d’un consortium est d’approfondir la collaboration, non seulement en ce qui concerne le partage des ressources, mais également dans les domaines du développement des collections, les services techniques et la mobilisation des compétences de chaque bibliothèque pour servir l’ensemble du consortium.

Participation des étudiants et des enseignants

Carl Grant de l’Université d’Oklahoma considère l’interface de recherche comme un moyen de nouer le dialogue avec les étudiants et les enseignants. L’Université d’Oklahoma utilise le contenu géré et les réunions avec le groupe consultatif d’étudiants pour entamer le dialogue avec les étudiants. Toutefois, Carl Grant insiste sur la nécessité de fournir aux étudiants les ressources électroniques dont ils ont besoin par l’intermédiaire de Primo Central. Pour les enseignants, qui préfèrent les exemplaires imprimés présents dans les collections de la bibliothèque, la bibliothèque a créé une option de « recherche locale » dans l’interface de Primo.

Amélioration de la recherche mixte

Mike Rogers de l’Université du Tennessee explique comment l’université a amélioré la recherche mixte dans Primo à l’aide d’un habillage personnalisable de l’interface de découverte, le mapping des piles et le remapping des types de ressource.

Affectation des ressources de la bibliothèque aux enseignants et étudiants

Mary Ellen Spencer de l’Université d’Oklahoma a choisi la solution de listes de lectures Leganto pour affecter les ressources de la bibliothèque aux étudiants et enseignants. Elle explique comment la bibliothèque s’est assurée le concours des enseignants comme testeurs bêta, puis a obtenu leur assentiment à la suite d’articles de blog, de réunions en face à face et de démonstrations.

Identiquement différent

Mehmet Cehlik de KU Leuven exprime l’opinion du développeur sur la nouvelle interface utilisateur de Primo et évoque l’aspect personnalisable de Primo en tant que « boîte à outils ». Citation à noter : « Tout le monde veut un Primo identiquement différent ».

Rester fidèle à vos connaissances et à vos ressources

Laura Guy de l’École des mines du Colorado souligne la préférence de l’école pour une mise en œuvre prête à l’emploi, tandis que Allie Verbovetskaya de la City University of New York parle de l’importance du réseau des développeurs.

Vous souhaitez en savoir plus ? Visitez la page de témoignages de nos clients et découvrez les témoignages sur les différents produits de la gamme Ex Libris.