All posts by paris

12e Conférence internationale sur la conservation numérique : Impressions d’un secteur en pleine évolution

Par Robert Bley, directeur de comptes, Ex Libris Royaume-Uni

La 12e Conférence internationale sur la conservation numérique (IDCC) a présenté toutes les évolutions se produisant dans ce domaine passionnant et en plein essor où
bibliothécaires et recherche ne font qu’un. Des « méga » découvertes visionnaires aux applications quotidiennes pratiques, tout y était.

La conférence s’est ouverte par un exposé de Maria Wolters, professeur en conception informatique à l’Université d’Édimbourg intitulé « Rich Information Hides in Missing Data » (Les données absentes recèlent une mine d’informations) qui soulignait que l’on pouvait obtenir autant d’informations des données absentes que des données présentes. Ou pour être plus précis, les schémas d’absence de données peuvent en dire long sur ce que nous savons, ce que nous ignorons et sur l’objet des futures recherches.

Les présentations par affiches ont permis d’obtenir des précisions sur les approches pratiques concernant la saisie, la gestion et la conservation des données de recherche. Parmi les présentations, celles de Jez Cope (responsable des données de recherche) et Laura Peaurt (responsable de la conservation des données) à l’Université de Sheffield ont retenu toute mon attention. La bibliothèque universitaire de l’Université de Sheffield joue un rôle prépondérant dans la gestion et la conservation actives des données de recherche au sein de l’institution. La présentation illustrait le processus de conservation des données dans le cycle de la recherche ainsi que le travail effectué par la recherche pour saisir et conserver les données de recherche et les intégrer à FigShare. La présentation faisait également état des défis innombrables posés par la gestion de multiples types de données non reconnus.

Il était particulièrement intéressant de découvrir comment un nombre toujours plus important de sites font face aux données de recherche. Par exemple la présentation intitulée, Establishing data management services for multi-disciplinary, long-term collaborative research centers (Établir des services de gestion de données pour des centres de recherche collaboratifs, multidisciplinaires à long terme) de Constanze Curdt et Dirk Hoffmeister de l’Université de Cologne ainsi que celle de Fernando Rios des Bibliothèques Sheridan de l’Université Johns Hopkins intitulée A Toolbox for Curating and Archiving Research Software for Data Management Specialists (Une boîte à outils à l’intention des spécialistes de gestion des données destiné aux logiciels de conservation et d’archivage) montraient comment la communauté traite les nombreux problèmes de conservation, de description et d’archivage.

Toutes les présentations de la 12e Conférence internationale de conservation numérique se trouvent ici. Vous pouvez aussi voir quelques photos ici. Je suis impatient de voir ce que l’année prochaine va produire.

Alma mobile c’est vous ! Photos de la communauté Ex Libris

Yotam Kramer, Ex Libris

Salut à tous les membres de la communauté Ex Libris !

Au cours des derniers mois, vous nous avez envoyé des photos de vous utilisant Alma Mobile. Nous sommes certains que vous allez aimer ce court clip vidéo qui contient quelques unes des superbes photos que nous avons reçues :


Ces photos font partie de la liste des éventuels gagnants du concours Alma Mobile. Surveillez bien vos e-mails ! Nous annoncerons les noms des gagnants dans les prochains jours. (Les juges n’ont pas fini de délibérer…)

Si vous n’avez pas encore téléchargé Alma Mobile, vous pouvez vous le procurer auprès du Google Play Store si vous avez un appareil Android ou iTunes si votre appareil utilise Apple. Désormais, Alma vous accompagne où que vous alliez, qu’il s’agisse d’un autre endroit de la bibliothèque ou d’ailleurs. Vous pouvez accéder à Alma et l’utiliser de n’importe où !

Pour en savoir plus sur Alma Mobile, consultez notre précédent article de blog et le centre de connaissances.

Consultez l’article de blog d’aujourd’hui et la vidéo : les plus belles photos d’#Alma #Mobile réalisées par la communauté Ex Libris ! #librarianship

LE BUZZ SUR LES BIBLIOTHÈQUES – LE RÔLE DE LA BIBLIOTHÈQUE DANS L’ACCÈS AU SAVOIR

Dani Guzman, directeur marketing produits, Ex Libris

Alors que les mois froids (au moins dans les régions nord du globe) placent les visites virtuelles ou physiques à la bibliothèque tout en haut de la liste de nos occupations, nous allons envisager le rôle de la bibliothèque dans l’accès universel au savoir. Qu’il s’agisse d’améliorer la vérifiabilité des sources en ligne, d’assurer que les données utilisées dans des décisions politiques restent à la disposition du public ou de créer une collection représentative riche, les bibliothécaires et autres gardiens de l’information possèdent des pouvoirs importants qu’ils doivent mettre à la disposition des esprits curieux.  Découvrez ce que font certains d’entre eux pour simplifier le flux des informations.

Vérifiabilité, Wikipedia et la campagne #1Lib1Ref

Parmi les ouvrages ou journaux de référence, Wikipedia est-il à classer au nombre des revues à deux sous ? Pas vraiment, selon un expert de la gestion du savoir. Non seulement, Wikipedia n’a rien à envier aux encyclopédies de premier plan en ce qui concerne l’exactitude de ses articles dans de nombreux domaines, mais en plus l’élément communautaire qui soutient la plateforme lui permet de faire appel à une armée de contributeurs dévoués à l’intérêt public pour des initiatives comme #1Lib1Ref, qui encourage les bibliothécaires à faire connaître de nouvelles sources sur des articles existants. Comment cela fonctionne-t-il ? Cliquez ici pour en savoir plus ! >>>   

La revue « Comment un bibliothécaire travaille-t-il ? » 

L’arrivée d’une nouvelle administration à Washington, DC, a provoqué l’inquiétude d’un bibliothécaire de l’Université de Pennsylvanie à propos du maintien des données climatiques sur les sites Internet gouvernementaux accessibles au public. Conjuguant ses efforts à ceux de Data Refuge, un projet qui vise à préserver les données climatiques actuellement consultables en ligne, ce bibliothécaire suit le protocole mis au point par la Bibliothèque du Congrès pour assurer non seulement la conservation des données, mais également leur réplication sous un format facilement disponible. En savoir plus ici. >>>

L’Université occidentale de Sydney offre des manuels numériques gratuits

L’Université occidentale de Sydney a réussi un tour de force génial sur le plan de la gestion des ressources lorsqu’elle a supprimé un obstacle à l’entrée dans l’enseignement supérieur en éliminant le coût des manuels universitaires pour les étudiants de première année. En s’associant à ProQuest et par l’intermédiaire de la plateforme Ebook Central de la société, l’université offrira les manuels requis au format numérique sans frais pour les étudiants. La solution de listes de lecture Ex Libris Leganto permettra d’organiser les livres électroniques et de les rendre accessibles. L’Université occidentale de Sydney utilise aussi la solution pour ouvrir ses collections électroniques. Cliquer ici pour découvrir comme cette avancée est devenue une réalité. >>> 

Cinq questions : Vous avez des questions de santé ? Interrogez votre bibliothécaire à Philadelphie ?

Adoptant une vision élargie de son rôle dans la diffusion du savoir, la Bibliothèque libre de Philadelphie devient de plus en plus une ressource pour les lecteurs qui souhaitent obtenir davantage d’informations sur les problèmes de santé. Philadelphie, qui est la plus pauvre des dix plus grandes villes américaines, occupe aussi le haut du tableau pour tous les problèmes de santé liés à l’obésité, l’hypertension et le diabète. Il n’est donc pas extraordinaire qu’une large partie de sa population ait besoin de conseils pour satisfaire ses attentes dans le domaine de la santé. Découvrir comment les employés de la Bibliothèque libre prennent le relais. >>>

Bibliothécaires du XXIe siècle : Le pouvoir de nos choix

Les bibliothécaires responsables du développement des collections se posent des questions sur les livres les mieux adaptés aux besoins des communautés qu’ils servent, sur la publicité mérité à donner à des écrivains qui seraient sinon négligés et sur l’affichage à réserver à des auteurs représentatifs pour leur offrir une visibilité suffisante. Une bibliothécaire chevronnée fait part de son point de vue sur l’importance du développement réfléchi des collections pour se simplifier « la vie à travers l’expérience d’un(e) autre ». En savoir plus ici ! >>>

Prédiction majeure pour 2017 en ce qui concerne les réseaux sociaux

Si la possession d’un compte Facebook, Twitter et Snapchat est la réponse d’un bibliothécaire à la question « Comment utilisez-vous les réseaux sociaux ? », il existe alors peu de chance que la situation des réseaux sociaux de votre bibliothèque s’améliore, constate l’auteur David Lee King. Une réunion passée en compagnie de vos collègues à examiner les données analytiques sur l’utilisation de chaque plateforme contribuera grandement à découvrir ce qui fonctionne bien et moins bien. Après quoi, selon King, il suffit de définir des objectifs simples pour noter une amélioration sensible de la situation. Cliquer ici pour poursuivre la lecture des suggestions de King. >>>