Monthly Archives: May 2017

Le cadre de découverte ouvert de Primo : une nouvelle façon d’envisager la collaboration

Miri Botzer, responsable de produit, Découverte et diffusion, Ex Libris

Avec une propension au partage des informations, les bibliothèques universitaires sont en général bien disposées à la collaboration entre institutions. Comme chaque bibliothèque partage sa propre expertise et ses ressources humaines, elle peut tirer parti des forces et des connaissances de ses pairs.

La collaboration entre bibliothèques en vue d’accroître la disponibilité des ressources ne date pas d’hier. Auguste, le premier empereur romain, incitait les responsables provinciaux à suivre son exemple et à créer des bibliothèques publiques dans tout l’Empire romain oriental. La célèbre bibliothèque ptolémaïque d’Alexandrie, ouverte dans le temple de Sérapis, était, ce qu’il appelait, sa « bibliothèque fille ».

Les bibliothèques, de la Rome antique au Boston d’aujourd’hui, ont des objectifs similaires. Cependant, elles ont des processus spécifiques, utilisent des outils différents, emploient du personnel avec des compétences variées, fournissent des services divers aux utilisateurs et reçoivent des directives distinctes de leurs institutions mères.

Les bibliothèques collaborent entre elles de plusieurs façons, en adhérant à des organisations comme ELUNA et IGeLU, des forums collaboratifs, des échanges d’idées et de connaissances via des listservs sur les différents produits et en participant à des événements professionnels. Les bibliothèques peuvent également collaborer avec des fournisseurs qui créent des produits pour les environnements de bibliothèque via des groupes de travail produits, des processus de vote qui influencent les feuilles de route des produits, etc.

Toutefois, à part les plateformes polyvalentes permettant l’échange des connaissances et du code, il existe des outils limités pour aider les bibliothèques à être plus efficaces dans leurs efforts de développement collaboratif.

Quant aux solutions de découverte de ressources, les bibliothèques disposent souvent de services, de collections et de workflows uniques. Et certaines bibliothèques ne veulent tout simplement pas dépendre des priorités en matière de développement d’un seul fournisseur ou de la maturité du marché en ce qui concerne certaines fonctionnalités. Toutefois, toutes les bibliothèques ne peuvent pas investir le temps et les ressources nécessaires pour personnaliser leur propre service de découverte.

Et, c’est là où la nature unique de la communauté des bibliothèques a un rôle à jouer, car les développements effectués par une bibliothèque peuvent servir à l’ensemble de la communauté.

Le cadre de découverte ouvert : la structure appropriée aux nécessités de l’adaptation  

Afin de rendre le développement collaboratif possible, l’outil de découverte doit être facilement adaptable et extrêmement souple. C’est précisément la base sur laquelle le cadre de découverte ouvert de Primo repose.

Le cadre de découverte ouvert de Primo est conçu pour permettre une flexibilité maximale de la configuration, en tenant compte de la créativité de l’innovation du client dans un système de découverte complet qui inclut les meilleures fonctionnalités prêtes à l’emploi et le design de l’interface utilisateur. Il utilise des technologies de pointe qui facilitent la manipulation de tous les éléments de l’application avec le minimum d’effort tout en assurant l’homogénéité de façon à ce que les mises à niveau ne « brisent » pas les personnalisations de l’utilisateur.

À l’inverse d’autres méthodologies de développement, l’approche du cadre ouvert garantit une solution robuste entièrement fonctionnel dès le début, une assistance continue, une infrastructure bien entretenue, des coûts de développement en interne réduits et une plus grande certitude quant à l’orientation future du produit.

Dans le prochain article de cette série, nous examinerons la technologie à la base du cadre de découverte ouvert de Primo et comment son design favorise la collaboration entre les clients de Primo.

Cliquez ici pour télécharger « Driving Innovation through Collaboration », notre document décrivant le cadre de découverte ouvert de Primo (en anglais).

Le problème du partage des données et la promesse de BIBFRAME

Shlomo Sanders, directeur technique, Ex Libris

La communauté des bibliothèques comprend la valeur de l’interopérabilité et du partage des données depuis longtemps. Le partage des données économise de l’argent et peut accroître la qualité des données elles-mêmes. Il est important de comprendre que cette valeur implicite est inhérente à la définition d’une norme pour la description des données bibliographiques, telles que MARC 21 et les règles d’encodage qui lui sont associées et peut se trouver dans d’autres normes dont z39.50 et ILL. MARC va même jusqu’à décrire ce qui est au centre et ce qui est local (9xx, x9x et xx9), de manière à délimiter clairement ce qui est partageable et ce qui ne l’est pas.

Le rêve, bien sûr, serait de disposer d’une norme universelle unique et de pouvoir partager aisément les données bibliographiques de toutes les institutions. En passant du niveau institutionnel au niveau du pays, on s’aperçoit qu’il existe de nombreuses variations de MARC. Pour en nommer quelques-unes, je citerai UNIMARC, DanMARC, CNMARC, KORMARC et d’autres plus éloignées comme MAB. Nous remarquons une certaine convergence dans certains pays et régions, comme le remplacement de MAB et de DanMARC (spécifique au Danemark) par MARC21.

La prolifération des fichiers d’autorité (un par pays) constitue un autre problème qui complique l’univers des métadonnées. Ces fichiers n’ont pas seulement des données différentes. Ainsi les autorités MARC21 et UNIMARC possèdent une structure différente, ce qui empêche leur utilisation entre formats.

Au niveau institutionnel, même si une institution utilise la même version de MARC qu’une autre, l’interprétation de la mise en œuvre des règles de codage peut s’avérer différente. Par exemple, la norme MARC rend possible la gestion des identifiants, d’importance cruciale, dans l’utilisation des métadonnées, dans différents champs. 035 est le champ principal de tels identifiants. Toutefois, certains systèmes utilisent le champ 019 à la place. Les institutions qui tentent de réutiliser les métadonnées sont alors confrontées à des choix difficiles. L’utilisation des métadonnées de la manière prévue peut dans ce cas s’avérer difficile. L’institution devra donc traiter chaque notice de métadonnées une fois chargée, ou dans certains cas les corriger manuellement.  Des passerelles sont parfois créées entre les normes de métadonnées. En outre, les institutions mettent souvent en œuvre des routines de fusion et des méthodes de correspondance complexes.

Comme le nombre de bibliothèques gérant des collections numériques ne cessent d’augmenter, elles se mettent à utiliser des formats non-MARC comme Dublin Core, MODS et VRA. Puisque de nombreux exemplaires numérisés décrivent des exemplaires physiques, on peut se retrouver avec deux descriptions séparées, une description des métadonnées en MARC et l’autre dans un format de métadonnées qui prend en charge les exemplaires physiques. Les variations de données et de format rendent la déduplication et le regroupement de telles notices compliqués.

Ex Libris a mis au point de nombreuses solutions alternatives qui s’occupent du chargement et du partage de métadonnées différentes dans ses logiciels matures de bibliothèque. Il a ainsi été possible de simplifier certains problèmes inhérents aux normes de métadonnées différentes, en introduisant toutefois une certaine complexité. Le temps de développement passé à créer ces solutions de rechange aurait pu être utilisé au développement d’autres fonctions et fonctionnalités dont la communauté a besoin.

L’équipe de développeurs d’Alma s’est donc efforcée d’élargir sa vision en englobant la multiplicité des formats de métadonnées et en étendant la portée d’Alma avec une approche unifiée de la gestion des métadonnées. Ceci permet à une institution d’utiliser le même catalogue pour gérer les variantes de MARC et les métadonnées Dublin Core. La prise en charge de manière native des nouveaux formats de données liées tels que BIBFRAME est prévue à une date ultérieure.

Retour au rêve. En adoptant BIBFRAME, la communauté a l’occasion unique d’arriver à un consensus et de créer une norme universelle. La tâche est ardue. Elle exigera collaboration, compromis ainsi que participation active et aide des fournisseurs. Comme dans tout compromis, le résultat risque de ne pas être idéal, mais il aura d’énormes implications sur la capacité des bibliothèques à partager des informations. Il s’agit d’un aspect important car le partage avec des environnements et des systèmes autres que ceux des bibliothèques constitue un des objectifs déclarés de BIBFRAME. Comment peut-on espérer que des systèmes extérieures aient recours à une nouvelle norme lorsque que celle-ci n’en est pas réellement une, même à l’intérieur de nos propres institutions ? C’est la promesse de BIBFRAME.

Pour en savoir plus sur BIBFRAME dans la feuille de route du développement d’Ex Libris, consultez notre récent communiqué de presse.

Le concours Cadre de découverte ouvert Primo : Qu’allez-vous créer ?

Nous avons le plaisir d’annoncer le premier concours Cadre de découverte ouvert Primo !

Le cadre de découverte ouvert Primo (Primo Open Discovery Framework) permet aux clients ayant une connaissance d’Angular et de CSS de doter l’interface Primo de nouvelles fonctions, de développer des fonctionnalités supplémentaires en plus de celles existantes et de connecter Primo à des services extérieurs. Vous pouvez ainsi partager vos propres personnalisations et extensions avec la communauté Primo, de manière à ce que ses utilisateurs puissent tirer parti des efforts conjugués de l’ensemble de la communauté pour améliorer leurs systèmes sans perdre de temps en développements supplémentaires.

Le cadre de découverte ouvert Primo permet d’implémenter des personnalisations et des développements sur les serveurs locaux de nos clients, sans répercussion sur l’environnement de production. Les spécialistes de la découverte peuvent ainsi explorer et tester de nouveaux services. (Pour obtenir davantage d’informations, téléchargez le livre blanc relatif au cadre de découverte ouvert ici.)

Et maintenant, il est grand temps de nous divertir ! Soumettez votre innovation se rapportant au cadre de découverte ouvert Primo et remportez un prix !

Dates du concours
Du 10 mai au 15 août 2017

Comment concourir ?
Soumettez votre projet ici, y compris une description et l’URL où il est possible d’en voir la réalisation concrète (la page de votre bibliothèque, s’il est en service, ou un environnement de test, s’il ne l’est pas encore).

Critères
Les entrées seront évaluées en fonction des critères suivants :

  • La valeur ajoutée pour les lecteurs, la bibliothèque et la communauté Primo
  • L’innovation
  • La conception du code

Prix

Premier prix
Ticket d’admission à IGeLU/ELUNA + un cours de formation de votre choix (d’une valeur maximale de 500 dollars) sur les sites de formation sélectionnés

Deuxième prix
Un cours de formation de votre choix (d’une valeur maximale de 250 dollars) sur les sites de formation sélectionnés

Troisième prix
Carte cadeau à Powell’s City of Books (d’une valeur de 100 dollars)

Prêt(e) ? Soumettez votre innovation pour gagner !