Monthly Archives: December 2016

Hackathon Primo : notre communauté au travail

Notre communauté nous remplit toujours de fierté. Communiquer les résultats d’une de ses initiatives, qui porte sur la collaboration, nous rend encore plus fiers. La semaine dernière a eu lieu le Hackathon de Primo, parrainé par l’ELUNA et l’IGeLU, où plus de 300 utilisateurs de Primo ont appris comment personnaliser au mieux l’IU de Primo à l’aide du cadre de découverte ouvert de Primo, partagé les meilleures pratiques et créé leurs propres personnalisations.

Le cadre de découverte très ouvert de Primo favorise la personnalisation et l’amélioration de l’IU, mais il est important d’en partager les meilleures pratiques. C’est l’objectif de la communauté Primo et c’était également celui de ce hackathon.

Si vous n’avez pu y assister, rien n’est perdu ! Toutes les vidéos des journées du hackathon se trouvent sur YouTube ! Vous pouvez également les visualiser en suivant les liens ci-dessous. Veuillez noter que les vidéos sont en anglais.

Journée 1 : HTML et CSS Utilisation du cadre de découverte ouvert pour personnaliser le CSS.
Journée 2 : JavaScript de base Introduction à la personnalisation sur JavaScript et recommandations en matière de conception pour les nouvelles fonctions de l’IU.
Journée 3 : Pages de service Personnalisation des pages de service et extension de l’application.
Journée 4 : Feuille de route de Primo et présentation éclair Feuille de route de Primo suivie d’une liste de questions et de réponses.

En outre, les utilisateurs de Primo ont accepté de partager 45 fichiers, accessibles à tous ceux qui se sont inscrits au hackathon via Slack ici.

Profitez bien des vidéos !

Alma Mobile est téléchargeable dès maintenant : Ne restez pas prisonnier de votre bureau !

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie de notre version de décembre qui comporte des nouvelles améliorations importantes.

L’un des attraits majeurs de cette nouvelle version est Alma Mobile, notre dernier-né. Désormais, Alma vous accompagne où que vous alliez, qu’il s’agisse d’une autre section de la bibliothèque ou d’ailleurs. Vous pouvez accéder à Alma et l’utiliser de n’importe où !

Vous pouvez télécharger gratuitement Alma Mobile de Google Play pour Android ou de iTunes pour iOS.

Parmi les fonctionnalités d’Alma Mobile, citons :

  • L’examen de la liste « Retrait du rayon » pour trouver l’emplacement de la bibliothèque où se trouve l’ouvrage,
  • Le filtrage de la liste par date et type de demande, par type de matériel, cote ou destination,
  • Le scannage des exemplaires pour découvrir leur emplacement,
  • Le suivi de l’utilisation des exemplaires laissées sur les tables de la bibliothèque et les rayons,
  • Le scannage des codes barres par l’intermédiaire de la caméra intégrée de l’appareil de même que par les lecteurs de codes bars portables sans fil,
  • Le traitement du rayon des réservations,
  • La connexion aux réseaux sociaux.

Après avoir téléchargé et utilisé l’application, vous pouvez participer à notre concours pour gagner une inscription gratuite à ELUNA ou IGeLU.

Des utilisateurs toujours plus nombreux téléchargent l’application et se mettent à l’utiliser. Si vous en êtes un, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et observations. Quittez sans regret votre bureau !

Université de Boston : Un changement perturbateur, même de petite envergure, a une grande incidence dans l’univers de la bibliothéconomie numérique

Nous avons tous vu comment des nouvelles technologies peuvent involontairement et au fil du temps entraîner des inefficacités (et les amplifier) dans la gestion des ressources électroniques et numériques. Une telle situation s’est produite, il y a quelques années, à l’Université de Boston. Celle-ci comprend 15 facultés et dispose de deux millions de ressources électroniques environ.

Le personnel de la bibliothèque utilisait alors un système maison pour ses journaux électroniques, un référentiel DSpace géré à distance pour les documents de recherche originaux accessibles aux étudiants et enseignants de l’université, ainsi qu’un autre système de stockage dédié aux images numériques et à la musique. En outre, les métadonnées descriptives des exemplaires stockés sur DSpace n’étaient pas synchronisées à celles des exemplaires physiques et le matériel électronique utilisé pour le stockage des images numériques et de la musique arrivait en fin de vie. En ce qui concerne les matériels imprimés stockés hors site, les coûts d’extraction s’avéraient trop élevés. Le système était devenu peu maniable et engorgé.

Confrontés à un mélange de frustration et de clairvoyance, les bibliothécaires ont mis au point un ensemble de critères pour juger de l’efficacité des changements perturbateurs indispensables à introduire :

  •        Simplification
  •        Rationalisation
  •        Cohérence des ressources
  •        Création d’une expérience plus conviviale pour les étudiants et les enseignants

De plus, afin de mesurer les effets réels des mesures désirées, le personnel de la bibliothèque s’est procuré des outils d’analyse capables de lui fournir des commentaires exploitables.

En tenant compte de ces exigences, le personnel décida d’implémenter la solution de gestion de bibliothèque Ex Libris Alma. Parce qu’Alma utilise un système unique pour traiter les objets numériques des systèmes tiers et locaux, toutes les réserves de cours sont gérées et stockées avec une représentation numérique et une notice bibliographique communes.

Les nouveaux workflows d’Alma et les structures organisationnelles permettaient d’introduire la cohérence systémique que la bibliothèque recherchait, tout en lui offrant de meilleures fonctions de recherche et une accessibilité simplifiée, de même qu’une maintenance plus rationnelle des représentations numériques des publications du domaine public.

Pour les bibliothèques de l’Université de Boston, la centralisation et la simplification de la gestion des ressources accroissaient l’efficacité, réduisaient les dépenses de l’université et diminuaient les demandes coûteuses d’extraction.

Jack Ammerman, bibliothécaire adjoint chargé des initiatives numériques et de l’accès libre à l’Université de Boson a notamment déclaré, « Nous réalisons maintenant des choses qui auraient été difficiles, voire impossibles, d’accomplir avec le précédent système ».

Bibliothéconomie numérique : Quelle suite ?

Manifestement, la création, le maintien et la gestion des notices électroniques et des ressources numériques se montrent de plus en plus indispensables. Les universités importantes pourront plus facilement et régulièrement partager leurs ressources par l’intermédiaire d’initiatives telles que l’OCA (Open Content Alliance), un effort collaboratif mondial pour créer des archives permanentes des textes numérisés multilingues et des matériels multimédias.

En fait, en scrutant l’avenir, on peut en déduire que les ressources physiques occuperont progressivement un espace plus réduit dans les bibliothèques de recherche de premier plan. Les ressources imprimées font l’objet d’une numérisation rapide et les collections de nouveaux médias continuent à s’agrandir dès l’apparition d’une nouvelle avancée technologique. Il en ressort que la recherche scientifique continuera à s’orienter vers les travaux d’érudition sur le numérique, avec des spécialisations sur l’exploitation, l’analyse et la synthèse des données.

Entre-temps, même si les rayonnages de la bibliothèque continuent de jouer un rôle important, les bibliothécaires d’université doivent envisager des solutions aux défis posés par le numérique dont ils ne connaissent pas actuellement l’existence.

Cliquez ici pour télécharger l’étude de cas relative à l’Université de Boston (en anglais).