Monthly Archives: November 2016

De la boîte à outils du développeur : Actualités du Réseau des développeurs d’Ex Libris

Dans ce numéro  De la boîte à outils du développeur, nous présentons avec plaisir l’idée de l’Université d’Australie occidentale pour accroître l’efficacité de PubMed et du système de gestion des ressources Alma. Notre propre équipe de R&D offre également quelques conseils pour tirer le meilleur parti possible d’Alma, comme l’utilisation des réseaux sociaux pour se connecter, la gestion des enregistrements de métadonnées Dublin Core et la génération de rapports d’utilisation d’API.

Configuration de l’outil PubMed LinkOut pour Alma

L’Université d’Australie occidentale explique comment configurer de manière optimale les liaisons openURL entre PubMed, le référentiel de citations de documents biomédicaux et Alma pour identifier rapidement les ressources accessibles. L’équipe de développement de l’université énumère les étapes suivies pour utiliser l’outil LinkOut de PubMed, qui, selon eux, constitue l’option de liaison la meilleure (il en existe deux). En savoir plus (en anglais) >>>

Utilisation des réseaux sociaux pour se connecter à Alma

Josh Weisman d’Ex Libris explique que le personnel de bibliothèque peut maintenant se connecter à Alma au moyen des réseaux sociaux, comme Google et Facebook. Ce développement s’inscrit dans le droit fil de notre action en faveur des méthodes d’authentification conviviales (voir notre récent article de blog sur la manière de surmonter la « fatigue du mot de passe »). Josh Weisman décrit la méthode pour ajouter cette fonction de connexion unique dans Alma. Il explique également comment utiliser les applications tiers pour se connecter à Alma via les réseaux sociaux. En savoir plus (en anglais) >>>

Création de fichiers XML Dublin Core à l’aide d’Excel

Opher Kutner, un analyste d’Ex Libris, décrit une méthode permettant d’utiliser des fichiers Excel pour charger par lots des enregistrements de métadonnées Dublin Core dans Alma (Pour obtenir des informations élémentaires sur les fichiers de métadonnées numériques, cliquez ici).  Cet article est destiné à ceux qui souhaitent utiliser les feuilles de calcul Excel pour créer un fichier XML Dublin Core sans trop d’effort et ne possèdent pas de connaissances suffisantes pour créer des macros. En savoir plus (en anglais) >>>

Rapports sur l’utilisation des API avancées maintenant disponibles

Le tableau de bord de développement des API d’Alma a été mis à jour et inclut maintenant des rapports détaillés sur l’utilisation des API, qui vous permettent de suivre leurs appels sur une longue période. Un rapport d’activité courant vous indique en quasi temps réel si vous vous approchez du seuil de gouvernance des API et un rapport historique vous fournit des informations sur les activités passées de manière à ce que vous puissiez identifier les tendances des applications susceptibles de poser problème. L’article montre à quoi ces nouveaux rapports ressemblent et indique comment les générer. En savoir plus (en anglais) >>>

Découvrez de nombreuses autres informations et ressources utiles sur le Blog technique du réseau des développeurs d’Ex Libris (en anglais)

Suivez-nous sur @ExLibrisEurope

 

L’univers de la découverte et de l’accès : NISO – un point de rassemblement pour toute la communauté

Par Christine Stohn, responsable de produit principal, Découverte et distribution, Ex Libris

Lors de la Conférence de Charleston 2016, j’ai eu l’occasion avec Pascal Calarco,  bibliothécaire à l’Université Windsor et John G. Dove, consultant chez Paloma & Associates, de présenter certains des travaux que nous réalisons dans le cadre de la NISO (National Information Standards Organization) . Nous avons eu beaucoup de participants, et plus important encore, un public familiarisé avec les sujets abordés. J’aimerais revenir sur le sujet dans plusieurs articles de blog. Le premier article donne une description de l’univers de la découverte et de la distribution, et des travaux de la NISO qui s’y rapportent. Il sera suivi le mois prochain de quelques articles plus courts sur différents groupes de travail et leurs missions.

L’univers de la découverte et de l’accès aux informations scientifiques est complexe. Il repose sur l’interaction de nombreux acteurs. Les usagers ont différents points d’entrée, notamment les systèmes de découverte comme Primo et Summon, les bases de données A&I comme Pubmed, les moteurs de recherche Web comme Google ou Google Scholar, les réseaux sociaux, les gestionnaires de références comme Mendeley ou RefWorks, les pages Web d’éditeurs, etc. En principe, les usagers voient immédiatement les informations auxquelles ils ont accès. Il suffit d’un clic sur le lien situé dans les métadonnées pour parvenir à l’« exemplaire approprié », autrement dit l’exemplaire auquel l’institution leur donne accès, via le résolveur de liens OpenURL ou via un lien direct.

christine-blog-pic-1-from-discovery-to-delivery

Figure 1 : De la découverte à la distribution

Les fournisseurs d’informations, tels que les éditeurs ou les agrégateurs, procurent des métadonnées aux fournisseurs de systèmes de découverte et distribution, ainsi qu’aux moteurs de recherche. Ils fournissent également des listes de titres aux résolveurs de lien pour assurer le suivi de leurs offres globales et donner aux institutions la liste des titres auxquels elles ont droit d’accéder, en raison de leur abonnement ou de la libre disponibilité du titre. Les institutions et leurs bibliothèques, en revanche, localisent leurs bases de résolveur de lien OpenURL avec leurs collections et utilisent leurs bases de connaissances pour comparer et gérer leurs offres de package et les habilitations des consortiums. Les fournisseurs de bases de connaissances et de systèmes de découverte comme Ex Libris , OCLC, ou EBSCOingèrent et actualisent les données pour les découvrir, indiquer leur disponibilité et les lier. En outre, tous les acteurs ont besoin de renseignements sur l’utilisation des données afin de mieux formuler leurs offres et optimiser leur découvrabilité et accessibilité.

christine-blog-pic-2-enabling-discovery-and-deliveryFigure 2 : Processus permettant la découverte et la distribution

C’est pourquoi Pascal, John et moi-même sont tous les trois membres du comité thématique NISO D2D (Découverte à distribution), dirigé par Pascal et Peter Murray (données d’index). (Pour obtenir la liste de tous les membres, consultez la page NISO D2D.) Nous nous réunissons une fois par mois via téléconférence pour discuter des tendances de l’industrie, identifier les domaines où les normes et recommandations peuvent avoir un impact. Notre tâche consiste aussi à aider et superviser les travaux des groupes individuels s’occupant de la découverte et la distribution ainsi que les comités permanents. Nous participons enfin aux groupes de travail individuels. Par exemple, je suis membre ducomité permanent KBART et du groupe de travail Origine des liens. J’ai autrefois travaillé sur les indicateurs d’accès et de licence (ALI, Access and License Indicators) et Altmetrics. Une collaboration dépassant les frontières entre institutions et entreprises est indispensable dans ce type d’environnement. C’est pourquoi la NISO (National Information Standards Organization) joue un rôle vital dans cette industrie. Dirigé par Todd Carpenter, la NISO rassemble tous les acteurs dans un environnement neutre sous la forme de groupes de travail qui ont pour mission de définir des recommandations, des normes et des orientations permettant d’autoriser et d’optimiser les processus et interactions requis. La NISO compte, par conséquent sur le soutien de la communauté qu’elle sert.

Les travaux du groupe D2D n’aboutissent pas toujours à la formulation de normes ou de recommandations. Nous commanditons aussi des travaux de recherche. Par exemple, nous avons commandité et publié en 2015 un livre blanc (en anglais) sur le futur de la découverte, rédigé par Marshall Breeding. Nous discutons actuellement d’une proposition de recherche traitant de la découverte des matériel en accès libre. Mes prochains articles de blog décrirons plus en détail les initiatives suivantes :

  • KBART et l’automatisation KBART
  • Suivi de l’origine des liens
  • ODI (Open Discovery Initiative)
  • ALI (Access and License Indicators)

Restez à l’affût !

Le Buzz sur les bibliothèques : novembre 2016

Dani Guzman, directeur marketing produits, Ex Libris

Le mois d’octobre était consacré aux bibliothèques scolaires internationales, un moment idéal pour s’intéresser à ce que le futur réserve aux bibliothèques. Plusieurs articles ce mois-ci soulignent la difficulté de trouver un juste équilibre entre une numérisation croissante et la conservation des ressources physiques des bibliothèques. D’autres articles traitent de l’apparence des bibliothèques les plus célèbres du monde dans un futur sans livre et de l’utilisation de la technologie pour préserver les trésors nationaux imprimés. Le dernier article, enfin, défend passionnément les rayonnages traditionnels des bibliothèques. En outre, nous vous donnons un aperçu de la conférence « 2016 Designing Libraries for the 21st Century » et mentionnons une idée intelligente déjà mise en œuvre à la Bibliothèque publique de New York. Enfin, vous pourrez regarder une brève vidéo sur la manière dont la bibliothèque moderne peut mieux aider la recherche scientifique actuelle.

Théâtre de la mémoire : Numérisation des collections imprimées galloises

Le rôle de la technologie en bibliothéconomie est sans aucun doute de préserver des enregistrements plus accessibles des matériels imprimés précieux. Il s’agit précisément du projet entrepris en 2011 par la Bibliothèque nationale du pays de Galles, plus connu sous le nom de Théâtre de la mémoire (Theatr y Cof, en gallois).  Maintenant, la bibliothèque se lance dans la numérisation de ses collections imprimées galloises, qui comprennent les livres et les périodiques publiés au pays de Galles (ou traitant du pays de Galles), soit environ 300 000 titres. Le but, selon la bibliothèque, est de rendre l’histoire imprimée du pays de Galles « accessible gratuitement à quiconque veut y faire des recherches et la lire sur l’Internet ». Darllenwch mwy yma (« En savoir plus ») >>>

Les rayonnages peuvent encore être sauvés

Dans un article de la Chronicle of Higher Education, Ann E. Michael, éducatrice et poétesse, répond à la virtualisation et à la numérisation croissantes des bibliothèques par un vibrant plaidoyer, appelant à préserver le plaisir rare de « parcourir les rayonnages ». Tout en soulignant qu’elle n’a « aucune objection » concernant les nouvelles approches de découverte et de distribution de l’information, elle met à profit son immense talent d’écrivain pour noter que « les rayonnages absorbent non seulement les sons, mais attirent aussi les pensées ». En savoir plus ici >>>

Vous appartenez au lieu ou est-ce le lieu qui vous appartient

Le Library Journal fournit un compte-rendu intéressant et détaillé des débats de la 5e conférence annuelle « Designing Libraries for the 21st Century Conference », qui s’est tenue à l’Université de Calgary en Alberta, au Canada. La conférence, qui avait pour thème « Innovations avec un impact », réunissait des représentants des secteurs de la conception, de l’information et de l’éducation. Selon le Journal, la conférence a procuré aux participants « suffisamment d’inspiration et d’exemples exploitables à leur retour dans leurs bibliothèques ou cabinets de design ». En savoir plus ici >>>

La bibliothèque facilite le cycle de vie de la recherche

Dans une vidéo brève mais passionnante, M. Starr Hoffman, responsable de la planification et de l’évaluation pour les bibliothèques universitaires UNLV, décrit comment les bibliothèques universitaires peuvent favoriser la recherche dans un contexte universitaires moderne. Selon M. Hoffman, le rôle des bibliothécaires, qu’ils assistent les enseignants ou les étudiants dans leurs recherches, évolue au fur et à mesure que des nouveaux modèles de soutien voient le jour. Regarder la vidéo YouTube ici >>>